Files

Abstract

Le mariage entre un·e ressortissant·e suisse et un·e ressortissant·e de nationalité étrangère est perçue par la loi comme un vecteur d’intégration. Sous ce principe, la politique de naturalisation légitime un accès « facilité » à la nationalité suisse aux conjoint·e·s étranger·ère·s. Ces unions doivent toutefois suivre un modèle matrimonial très normé. Cet article vise à mettre au jour les logiques normatives du mariage en Suisse en analysant ce qui le rend suspect à la fois juridiquement et socialement. Pour ce faire, nous analysons les cas juridiques d’annulation de la naturalisation facilitée par motif de dissolution du mariage. Nous démontrons qu’en réponse à la protection de la nationalité suisse, le contrôle de la naturalisation facilitée par voie de mariage représente un instrument de lutte contre des modèles familiaux indésirables repérés chez les couples binationaux, considérés comme mettant en péril l’imaginaire de la cohésion nationale.

Details

Actions