Files

Abstract

Ce qu’il est désormais convenu d’appeler « la crise du coronavirus » a mis en lumière différentes situations de forte vulnérabilité sociale. Parmi elles, un sans-abrisme existant bien en amont de la « crise » a été rendu visible : à partir d’avril 2020, il s’est agi en effet de mettre en place des mesures sanitaires pour « confiner » des personnes qui vivaient alors à la rue et d’en développer de nouvelles au sein même des dispositifs existants. La visibilisation du sans-abrisme est donc l’occasion d’apporter quelques connaissances sur une problématique sociale largement ignorée.

Details

Actions

Preview