Files

Abstract

Dans le cadre d’une recherche socio-anthropologique portant sur les usages médicamenteux des personnes âgées polymédiquées en Suisse, une anthropologue et une réalisatrice élaborent un film de recherche interrogeant le statut scientifique qu’il est possible d’attribuer aux films de recherche et engagent une réflexivité à deux voix sur les divers défis épistémologiques, techniques et déontologiques rencontrés. Cette démarche leur permet d’interroger l’apport d’une production filmique de recherche au champ anthropologique. La mise en présence des données audiovisuelles donne à voir le terrain dans toute son épaisseur, et permet également aux acteurs de l’étude de développer une nouvelle mise en récit, qui montre leur expertise. Elle est particulièrement significative pour l’analyse anthropologique dont la réflexion se façonne, lors de la réalisation de terrains, grâce à la mobilisation de l’intuition et de l’imagination ethnographique du/de la chercheur.e et ouvre l’échange entre pairs.

As part of a socio-anthropological study on the use of pharmaceutical drugs among polymedicated elderly patients in Switzerland, an anthropologist and a filmmaker are making a research film. The main issue raised is the question of the scientific status that can be attributed to research films. This process initiates a reflexive thought process around the various epistemological, technical and deontological challenges encountered. It also questions the contribution that the production of a research film can bring to the anthropological field. The introduction of audiovisual data adds density and textures that cannot appear in a text and gives the actors of the study an opportunity to develop a new storytelling process that highlights their expertise. This is of particular interest in the context of anthropological analysis, which is shaped, during fieldwork, by mobilizing the ethnographic intuition and imagination of the researcher and opens up an exchange between peers.

Details

Actions

Preview