Files

Abstract

La spatialité n’est pas une notion univoque : elle met à l’honneur l’approche spatiale et celle des territoires, donc de la territorialité. La spatialité n’existe pas sans sa dimension spatiale qui relève d’un espace social. Or, la gouvernance n’est pas spécifiquement spatiale, l’espace n’étant pas réellement au centre des préoccupations. Le concept de géogouvernance a été élaboré pour intégrer la spatialité. Rapidement, il s’est avéré nécessaire de mettre la géogouvernance à l’épreuve du terrain. L’élaboration d’une démarche heuristique nous a permis de réaliser plusieurs expérimentations dans le cadre de projets territoriaux réels et de les comparer grâce à la mise en place d’une grille de lecture permettant une analyse comparative. L’introduction de la spatialité dans la géogouvernance révèle à la fois des leviers et des blocages dans le partage de la connaissance spatiale au sein de projets territoriaux.

Spatiality is not an unambiguous notion, but it highlights spatial and territorial approaches, and therefore territoriality. Spatiality does not exist without its spatial dimension that is part of a social space. However, governance is not specifically spatial, space actually being not the central issue. The concept of geogovernance has been developed to integrate spatiality. Thus, it soon became necessary putting geogovernance through field test. The development of a heuristic approach allowed us to carry out several experiments within the framework of real territorial projects and to compare them thanks to the setting up of a reading grid towards a comparative analysis. The introduction of spatiality through geogovernance reveals both levers and blockages to the sharing of spatial knowledge in the context of territorial projects.

Details

Actions

Preview