Files

Abstract

Les déformations du rachis chez l'enfant en croissance représentent la majorité des demandes de prise en charge thérapeutique dans le cadre des pathologies musculosquelettiques pédiatriques. La plus commune de ces pathologies est la scoliose idiopathique, qui a une prévalence de deux à trois enfants sur 100. Alors que dans la majorité des cas la déformation rachidienne se stabilise en fin de croissance, certains cas plus sévères nécessitent le recours à la chirurgie. Un dépistage plus précoce et une meilleure compréhension de l'étiopathogénie ainsi que des conséquences de la scoliose, à la lumière des études récentes, permettent de mieux appréhender le traitement dans son approche bio-psycho-sociale afin de rendre plus efficace la prise en charge kinésithérapeutique. Les connaissances des hypothèses étiologiques (asymétrie de croissance osseuse, biomécanique de la station érigée, anomalies des tissus conjonctifs et myofasciaux, facteurs neurologiques, environnementaux et hormonaux) ouvrent la voie à des techniques thérapeutiques mieux inscrites dans un modèle d'« evidence based practice ». Cet article offre une large revue des évidences scientifiques et de leurs implications cliniques, articulée autour des hypothèses étiologiques de la scoliose idiopathique, des facteurs évolutifs et du pronostic, des troubles associés et des enjeux diagnostiques. Il servira de base scientifique à un second article plus orienté sur les principes de prise en charge kinésithérapeutique.

Details

Actions