Files

Abstract

L’écologie de la restauration est une discipline scientifique et technique en plein développement où la recherche appliquée permet d’affiner les modalités employées pour assurer la reconstitution écosystémique de milieux dégradés. À Etrembières, en Haute-Savoie, l’exploitation de la roche calcaire du flanc ouest du Salève a provoqué des ruptures perceptibles dans le paysage ainsi qu’une mise à nu du substratum. Depuis mai 2015, des recherches sont menées sur la végétalisation de ces néo-biotopes à partir de matériel végétal constitué d’espèces indigènes et locales. La comparaison entre l’ensemencement d’un mélange grainier constitué sur mesure et le paillage d’inflorescences de stipe calamagrostide (Achnatherum calamagrostis (L.) P. Beauv.) a permis de constater certaines tendances sur la recolonisation végétale des carrières du Salève. Trois ans après, le taux de recouvrement de la végétation mesuré au sein des placettes ensemencées est satisfaisant sur les secteurs stabilisés (52%), mais est plus faible dans les zones d’éboulis instables (12%). Il est également faible au sein des surfaces paillées (21%). Globalement, les espèces adventices et néophytes assurent un recouvrement faible (inférieur à 2%). Par ailleurs, la richesse spécifique recensée au sein des différentes placettes est semblable à celle du milieu naturel de référence : l’éboulis calcaire thermophile (Achnatheretum calamagrostis). Assurer un recouvrement initial les premières années suivant la mise à nu du substrat permet ainsi d’amorcer la recolonisation végétale avec des espèces indigènes vers des milieux herbacés ouverts secs à forte valeur patrimoniale.

Details

Actions

Preview